Article imprimé sur http://passiongolfgti.com/spip.php?article284.

1984 Bertrand (Rabbit)


Bonjour à tous ami(e)s golfistes, me voilà arrivé au terme de 9 mois de restauration de ma G1 GTI, type 17DX2 du 4 août 83 et dont voici le résumé... Tout commence au mois d’octobre 2004, après un « break » d’une quinzaine d’années avec ma première série 1, je tombe par hasard sur le site PassionGolfGTI. et là c’est le déclic ! La mise en avant de cette voiture mythique, la richesse du site, la qualité du forum, les photos...tous les ingrédients sont là pour vous faire rechuter ! Une bonne rechute me diront certains... Après quelques visites quotidiennes sur Le site et ma décision est prise...trouver une G1 la moins chère possible et lui redonner son lustre d’antan, cependant deux impératifs : qu’elle soit d’origine et saine de carrosserie. Et c’est dans les PA du site PGG que je trouve mon bonheur, quelques e-mails avec le vendeur, quelques photos et c’est parti....500 km pour un éventuel achat.

Après un rapide coup d’œil il s’agit d’une version Rabbit et apparemment les photos étaient avantageuses, la peinture est ternie, les sigles de calandre, le spoiler avant, la plage arrière, et pas mal de petites pièces plastiques ont disparues. Le moteur est dans un sale état, ça fume bleu derrière, le vendeur me rassure ce sont les joints de queue de soupapes (oui, on en reparlera plus bas !). Bon de toute façon je savais avant de partir qu’elle subirait un démontage complet et que rien ne serait laissé au hasard...face à plusieurs factures récentes (pneus, pompe à eau, pompe à essence, roulements,...) nous nous mettons d’accord sur un prix qui correspond à peu près à toutes ces dernières dépenses.

Allez destination finale avant « résurrection », il faut qu’elle fasse les 500 km retour, la direction est un peu floue, ça fume fort à chaque arrêt, le compteur me lâche de temps en temps( ?), les amortisseurs sont fatigués...mais elle a tenu bon ! Nous voilà en face de la porte du sous-sol, passé ce cap le moteur va se taire pour un bon moment, c’est un peu déprimant d’ailleurs, même pas le temps d’en profiter un peu.

Dès le lendemain je ressens déjà le besoin d’attaquer les travaux, le démontage va me renseigner plus profondément sur le passé et l’état de l’engin. Et ça commence fort ; l’intérieur (gris) ne correspond pas à l’étiquette du coffre (livrée rouge), le compteur a été « redescendu », panneaux de porte de versions différentes, console centrale massacrée pour l’autoradio, et le clou : un réseau de câbles électriques sauvages pour palier à un problème de platine porte fusibles (entre autres)... Et ça continu sous le capot ; le silent-bloc moteur de poutre avant ainsi que son support se sont envolés, plus de support pour les avertisseurs et j’en passe...

Fin Décembre le moteur est sorti de son « nid » et il s’en suit un démontage complet...c’est du même tonneau que le reste : collecteur d’admission d’air fendu, les soupapes et les guides sont fortement attaqués (la voilà ma fumée bleue), tout ça dans un environnement noirâtre qui laisse supposé un mauvais entretien du moteur... Pendant ce temps la caisse part chez le carrossier,..., petits travaux de carrosserie, peinture complète et au final que du bon boulot rien à redire. Dans la foulée c’est la provision de pièces neuves et d’occasions, et là vu la liste tout est bon pour dénicher les meilleurs affaires, le marché allemand, les PA du site et la chance que les chariots élévateurs « Still » soit dotés du bloc 1800 VW (ndlr : anecdote très intéressante, il faudrait que tu nous en causes un peu plus !) , cela m’a permis d’avoir mes pièces moteur à moindre coût (moyennant quelques bonnes bouteilles...). Début Mai tout est là pour attaquer le remontage, le moteur a retrouvé sa place, nettoyage et rénovation complet de toutes les pièces plastiques, moquettes et sièges nettoyées en profondeur, peinture sur toutes les petites pièces métalliques, visserie et agrafes en tous genres sont remplacées... Bravo à mon épouse pour la refabrication complète du ciel de toit, superbe, aucune différence avec l’original ! La touche finale ; le kit complet des bandes adhésives (refabrication PGG) et les logos tout neufs (von Deutschland) finiront à merveille le travail jusque là effectué.

Le budget de cette restauration s’étend comme suit :

- Tôlerie/peinture : 1200 Euros
- Transmissions : 190 Euros (triangles,rotules (4),silentblocs (8), soufflets crémaillère.)
- Suspensions : 220 Euros (4 Bilstein B4, ressorts Eibach, paliers, butées...)
- Freins : 120 Euros (kit arrière, câbles frein à main)
- Divers Intérieur : 330 Euros (2 sièges KL,console,panneaux & joints portes,...)
- Divers Extérieur : 280 Euros (Spoiler avant GTI,logos,Kit bandes GTI, barrettes de . calandre,échappement arrière,plaques immatriculation...)
- Moteur : 500 Euros (toutes les P.U. : coussinets, segments, pompe à huile, culasse de AàZ, distribution, injecteurs, silentblocs (4), pochettes joints, faisceau & bobine d’allumage,...

Soit environ 2840 € de remise en état auquel il faudra ajouter les 800 € de départ pour l’achat du véhicule, un total donc de +/- 3700 €.

Les premiers tours de roues seront concluants, quel plaisir de conduire cette voiture, mais pour le moment place au rodage...

Bertrand

Du très bon boulot, surtout lorsque l’on compare les photos du début à celles de la fin. Merci.


2006 © Passiongolfgti.com