La bannière du site
Accueil / Les Golf spéciales / GTI Engineering

GTI Engineering


De la course à la route : GTI Engineering

Vous avez très certainement déjà vu des photos de Golf immatriculée " GTI 00 " et vous vous êtes certainement demandé ce qui se " cachait derrière "... GTI Engineering !

Un début modeste

Tout cette histoire a commencé simplement. En 1977, Richard Lloyd, pilote britannique déjà connu pour ses succès au volants de Camaro ou d’Opel Commodore, achète une des toutes premières Golf GTI (si pas la première !) importées en Grande Bretagne. Il s’agit d’une version à conduite à gauche, d’origine allemande. VW n’a pas encore réalisé le potentiel de la petite bombe et n’imagine pas que les Anglais vont bientôt en acheter par paquets, au point de devenir un de ses principaux marchés, après l’Allemagne.

A cette époque les courses de " saloon car " en circuit sont organisées avec une catégorie pour les " moins de 1.600 cm3 ". Idéal pour la Golf... De 1977 à 1979, Richard Lloyd survole les débats, la Golf est sans concurrence. Au début, il se contentait de peaufiner les réglages à ses heures perdues mais bien vite il reçoit le soutien officiel de l’importateur et peut se payer le luxe de la faire préparer convenablement par Broadspeed. (Bien connu dans les années 60 pour avoir réalisé des Mini " coupé " avec toit surbaissé et mécanique préparée). Brian Ricketts devient responsable du projet chez Broadspeed.

Installation à Silverstone

Très rapidement, celui-ci se pique au jeu et ne veut plus s’occuper que de Golf. Les deux hommes s’associent et GTI Engineering voit le jour en 1977. La société est implantée sur le circuit de Siverstone, pas moins ! Très pratique quand il s’agit de tester une modification, tout est sur place.

Comme les GTI n’étaient à ce moment disponibles qu’en conduite à gauche, c’est tout naturellement que la société propose ses transformations en " conduite à droite ". Une bonne trentaine de voitures sont ainsi modifiées avant qu’une version spécifique ne soit enfin disponible.

Oettinger en exemple : réalésage à tous les étages !

GTI Engineering se positionne bien vite comme un préparateur de renom. Bien avant l’usine, un moteur 1800 est réalisé et mis en vente. Les pistons sont d’origine Cosworth et le vilebrequin vient du moteur de la " Rabbit " américaine.

En 1980, la société prend une autre dimension. Lloyd possède la majorité du capital, Ricketts étant minoritaire. Pour des raisons de marketing, la GTI est remplacée par une Audi 80 mais la saison est assez coûteuse... Finalement, la décision est prise à Silverstone, GTI Engineering se concentrera désormais sur les versions " route ".

La particularité de GTI Engineering est d’avoir très rapidement obtenu le statut d’agent VW en Grande Bretagne. C’était le seul " approved Audi Volkswagen conversion specialist " du pays. La sortie du 1800 cm3 VW va forcer GTI Engineering à aller encore plus loin et... bonjour la version 2 litres ! Vers la même époque ils deviennent importateur officiel... Oettinger, pas moins. Reconnaissance légitime de la qualité du travail réalisé à Silverstone.

JPEG - 19.8 ko
Le cachet VAG sur la couverture de doc, gage de la reconnaissance de Volkswagen vis à vis du préparateur

1982 voit une nouvelle modification de la société, Richard Lloyd créant une structure compétition qui aligne des Porsche en circuit : 924 puis 956 ou 962 en groupe C.

Séparation...

Jusqu’en 1985, Brian Ricketts s’occupe des transformations routières et Richard Lloyd de la course. Cette année là, Ricketts est victime d’un très grave accident de la route. GTI Engineering n’y survivra pas, les deux hommes se séparent et Brian Ricketts crée " BR Motorsport ". En 1987, la société réalise sa millième transformation mécanique ! Qui dit mieux ?

Principes maison

La philosophie " GTI Engineering " était la suivante : " Le moteur de base est tellement bien conçu que la seule façon efficace d’augmenter sa puissance est de lui donner " du coffre ", en l’occurrence d’augmenter sa cylindrée ".

Qui plus est, les réalisations GTI Engineering visent à offrir plus de puissance à bas régime et un couple disponible dès 60 km/h. A la différence de l’Allemagne ou la vitesse de pointe sur autoroute est importante, les conditions de circulation en Grande Bretagne imposent de nombreux dépassements où, justement, le couple fait la différence.(C.F. les " TDI " actuelles...). Au yeux de Brian Ricketts, le moteur doit se " marier " avec le reste de la voiture et la préparation ne doit pas la rendre inutilisable ! C’est pourquoi tout un ensemble d’accessoires était disponible chez eux : jantes, roues, kit carrosserie, intérieur, freins, suspensions... Une quantité énorme de pièces dans laquelle il n’y avait qu’à choisir dès la commande d’une voiture neuve, fait unique en matière de préparation !

JPEG - 136.7 ko
Des préparations sérieuses au niveau mécanique...
JPEG - 117.2 ko
...accompagnées systématiquement par une belle préparation du châssis

Parmi les divers stades de préparation, examinons le " RE 2000 " de 170 CV basé sur un GTI 16S : Vilebrequin en acier traité, bloc réalésé, coussinets haute résistance, pistons légers, culasse polie, sièges de soupapes reprofilés, ressorts renforcés, diagramme de distribution modifié, de même que l’allumage et l’injection. Les reprises 80-120 km/h passent de 10,4 sec à 7 ! A côtés des transformations en 1870 et 1996 cm3, GTI Engineering a aussi étudié un RE 2100 de 190 CV à 6.000 tr/min ! Autant qu’un VR6...

En 1991, Brian Ricketts récupère les quelques dernières caisses neuves de Golf 1 restant en Allemagne. Il les propose à ses clients en faisant du " sur mesure " : peinture spéciale, intérieur Recaro en cuir, bois, mécanique préparée, gros freins... Les quelques privilégiés qui ont pu se faire assembler (à grands frais, faut-il le préciser...)" leur " voiture ne l’ont pas regretté !

JPEG - 34.5 ko
La Golf GTI à la grande époque !

Aujourd’hui, GTI Engineering n’existe plus en tant que tel, Brian Ricketts s’étant associé à nouveau, cette fois avec " BBR ", Brodie Brittan Racing. A l’heure actuelle, la Golf GTI n’étant plus que l’ombre d’elle même, la société ne s’y consacre plus de manière quasi exclusive... Il nous reste quand même de beaux exemplaires à admirer en Grande Bretagne !

 Publié le 3 mars 2002, dernière modification le 28 février 2005 par Dimitri


Le 22 janvier 2006, par anonyme

GTI Engineering a egalement signé en 1985 une fantastique "pre-G60" equipée d’un compresseur Magnacharger (de type Roots). 165 CV et presque 21 mkg de couple. Elle approchait les 210 km/h et réalisait le 400 da en 15,5 s !!



2006 © Passiongolfgti.com | RSS  Flux RSS du site