La bannière du site
Accueil / Les ressources / Les cahiers techniques / Pratique / Golf 1 - Réfection du contacteur de marche arrière

Golf 1 - Réfection du contacteur de marche arrière

Lors de l’apparition de la Golf GTI 1800 fin 82, un équipement nouveau a fait son apparition : le MFA (ordinateur de bord). Une des fonctions de ce MFA était de fournir la consommation moyenne du véhicule. Il était même possible d’avoir la consommation instantanée (économètre), à l’aide d’une aiguille (un peu à la façon BMW), mais seulement en 5ème. Or, pour que cette aiguille se déclenche uniquement en 5ème, il faut bien qu’une information indique au combiné d’instrumentations que le 5ème rapport est engagé. Avec la 1800, VW a donc modifié sa boite et son contacteur de marche arrière, pour que ce dernier permette en plus de transmettre la nouvelle information.

Le souci est que ce contacteur vieillit mal, et il n’est pas rare de voir des 1800 dont les feux de recul ne marchent plus, ou que l’économètre se déclenche une fois sur 10, ou bien que les deux dysfonctionnent ensembles...

Voici un guide pas à pas afin de réparer ce contacteur, dont l’indisponibilité en pièce neuve est avérée...

Une fois le contacteur démonté de la boîte (celui-ci se situe sur le côté, juste devant la prise du câble de compteur, sous la boîte à air), voilà comment il se présente :

JPEG - 11.6 ko
On distingue les "picots" qui sont actionnés par des basculeurs dans la boite et qui font contact.

Il faut dans un premier temps désassembler le contacteur. On peut distinguer des ergots qui maintiennent les deux parties. Il est impératif de forcer, car l’ensemble est fermement maintenu. Il se peut, tout comme cela m’est arrivé, que les ergots soient cassés lors de l’opération. Ce n’est pas trop grave, vu que l’on étanchéifiera le tout au remontage...

JPEG - 20.5 ko
L’ensemble une fois (presque) toutes les parties désaccouplées

Une fois ouvert, retirer le guide (1) du contacteur (2). Les picots (3) sont ensuite sortis du guide. Sur la photo, on ne voit qu’un seul ressort. L’autre a été "mangé" par la rouille pendant 2 décennies... Procéder par un premier nettoyage pour dégrossir le travail. Le mieux est d’utiliser du WD40 : action de nettoyage plus lubrification.

Voici comment se présentent les contacts : (une fois nettoyés, car à l’ouverture, c’était bien moins reluisant...)

Le contact de gauche (1) est encore bon, tandis que celui de droite (2) est complètement rouillé. Une des pattes finira même par casser. À ce moment-là, un simple nettoyage ne suffira pas, il faudra trouver autre chose. Par chance, on peut voir d’autres contacts, inutilisés (3). On va en récupérer un.

Les choses se compliquent, car pour désassembler ce bloc, un coup de tournevis ne suffira pas (thermocollé). Décision est prise d’utiliser la "Dremel" et son disque à tronçonner.

JPEG - 18.9 ko
On ne le dira jamais assez : lunettes de protection indispensables...

Après pas mal d’efforts, voici nos deux parties découplées.

JPEG - 24.7 ko
L’épaisseur à tronçonner était tout de même respectable...

Tirer ensuite le socle qui guide les broches.

Il faut maintenant dégager les contacts de la broche.

JPEG - 24.5 ko
Tordre les broches à 90 ° (1) puis les expulser (2).

Examinons les broches sorties.

Voici les 3 broches sorties. La première (en partant du haut) est nickel, la seconde complètement délabrée et la troisième est corrodée, mais "sauvable".

Un coup de nettoyage + Dremel avec brosse, et voici le résultat :

JPEG - 18.5 ko
C’est "beau" mais il faut encore bosser...

Un peu de carrosserie, mais version miniature, est nécessaire. Tout d’abord, supprimer le bout "malade" du contact. Puis découper un bout sain qui ne sert à rien parmis les autres contacts. Avec le disque à tronçonner, disquer pour avoir un support sain (sur les 2 parties) : il est temps de faire chauffer le fer à souder !

Pour ceux qui savent manier le fer à souder, l’opération ne sera qu’une simple formalité : d’abord déposer de l’étain sur chacune des parties :

Puis assembler ces parties (attention à l’alignement) :

JPEG - 21.1 ko
J’ai fait déborder l’étain pour une meilleur prise, mais l’accouplement est bon... :-)))

J’ai fait déborder l’étain pour une meilleure prise, mais l’accouplement est bon... :-)))

Le disque m’a encore servi, mais ce coup-ci pour meuler l’excédent d’étain.

JPEG - 27.5 ko
Par rapport à une patte d’origine : on les confondrait ! rires !
JPEG - 26.7 ko
Notre trio, prêt à reprendre place...

Remettre maintenant les contacts dans la broche.

JPEG - 35.2 ko
La première patte est reinsérée.

Procéder de la même façon avec le reste de la "troupe".

JPEG - 23.7 ko
L’ensemble complet a pris place.

Chose primordiale : il faut s’assurer que les picots entrent et sortent avec une certaine résistance entre les 2 contacts.

Faire plusieurs tests...

Maintenant que cette partie est ok, on va s’occuper des picots. Profitons que la Dremel traîne toujours dans le coin pour les désoxyder.

JPEG - 10.8 ko
Y’ sont pas "bô" mes picots ?

Reste aussi le problème des ressorts. La solution est en fait toute trouvée : vous avez bien un de ces vieux critériums Bic jetable, non ? Et bien, il suffit de le couper et de récupérer le ressort à l’intérieur... qu’il faudra cisailler avec une petite pince coupante, en son milieu...

Positionner les ressorts dans le guide de chaque picot, puis insérer les picots. Ci dessous une vue latérale du guide où l’on peut voir chaque picot dépasser de part et d’autre...

Maintenant que toutes les pièces sont OK, faire un montage à blanc pour vérifier que les contacts sont efficaces. Utiliser pour cela un multimètre réglé en position Ohmmètre et vérifier que les valeurs de résistance changent lorsque l’on actionne un contact.

JPEG - 37 ko
N’importe quel multimètre fera l’affaire
(sinon, tester avec une lampe et une pile , par exemple...)

Une fois que les deux contacteurs marchent, le remontage définitif peut avoir lieu. Une première précaution sera d’enduire abondamment l’intérieur de la pièce avec de la graisse. J’ai utilisé de la graisse en bombe, qui s’épaissit au bout de quelques instants. C’est propre et on n’en met pas plein partout ! :-)

L’autre précaution sera de coller l’ensemble avec une colle épaisse, et qui durcit fortement (ce qui aura pour effet d’étanchéifier le contacteur parfaitement). L’araldite est donc toute trouvée.

JPEG - 29.1 ko
L’araldite est composée d’un durcisseur. Il faut bien mélanger l’ensemble...

Badigeonner toutes les parties du contacteur qui ont été ouvertes. Comme ceci :

JPEG - 30.4 ko

Au bout de 24 heures, voici le résultat :

On pourrait toujours chipoter sur la colle qui est restée visible, mais vu comment le contacteur est bien caché sous la boîte à air, personne ne remarquera rien ! :-)))

 Publié le 26 septembre 2004, dernière modification le 17 juin 2007 par Aurelien


Le 17 septembre 2009, par XEuBSASTfaNkRLjI (Site)

asgw3.txt ;4;15


Le 11 juin 2008, par ludo

il mais arrivé que les feux de recul ne fonctionne pas, ce cétait pas dut au contacteur, mais à l’arbre de la boite de vitesse qui vener y faire comptacte. Etant ussé il ma falut le sortir et lui faire un petit point de soudure a fin de pousser les pattes du comptacteur un peut plus loin il né pas obliger de déposer la bv pour sortir la partie a soudé, mais parconteur il y a un réplage pour la durté du passage de la marche arriére, donc y faire atentionavant la dépose en tout cas vos esplication sont niquells


Le 16 novembre 2007, par Nico

Salut, Possédant une Jetta GLi de 1983 j’ai pu, grâce à cet article, réparer mon contacteur. Les broches étaient bien oxydées mais pas autant que celles en photo dans l’article. Maintenant tout fonctionne de nouveau à merveille et je tenais vraiment à vous remercier pour ce dossier technique et pour le site en général. J’aurais juste quelques précisions à faire. Sur mon contacteur, qui doit être le même sur toutes les Jetta GLi de 1983, le guide pour les broches était collé au couvercle et il était impossible de l’en défaire. Faites donc bien attention à soulever légèrement ce couvercle puis à le faire translater dans la direction des broches pour pouvoir l’enlever complètement. De plus, n’ayant pas de dremel j’ai ouvert le contacteur avec un cutter, ce qui m’a pris 30-40 minutes mais à très bien fonctionné. Attention cependant à appuyer légèrement, au début, le long de la ligne de thermocollage afin de créer un sillon qui guidera la lame par la suite. Et surtout, ne laissez pas vos doigts sur le trajet de la lame. Dernière précision, sur mon contacteur il y a également une plaque rectangulaire en caoutchouc entre les poussoir et les picots, aparemment comme sur la Rabbit GTi, n’oubliez donc pas de sortir cette plaque pour la nettoyer et la contrôler. Merci encore à Aurélien pour son article et à tous ceux qui participent à ce site. Nico


Le 11 juillet 2005, par Gilloo

Super,

Juste un petit complément, pour les Rabbit GTI, il se peut que le problème provienne du joint en cahoutchou positionné entre les poussoirs et les picots (qui n’existe pas sur les autres contacteurs). Il se tasse avec l’age, du coup les picots ne font plus contact. L’ouverture du boitier se fait de la même façon, après il suffit de couper une petite rondelle de chambre à air de vélo avec un emporte-piece et hop le tour est joué.

A+

Gilles



2006 © Passiongolfgti.com | RSS  Flux RSS du site